Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 22 septembre 2017

Grrrrr

Il y a bien longtemps que je ne m’en suis pas pris à la publicité. Mais là trop, c’est trop ! Une ″réclame″ sur deux est là pour nous vanter le prestige d’une marque de voiture. C’est le salon de l’auto permanent. Tous les constructeurs y passent et tous plus luxueux les uns que les autres ! Avez-vous remarqué que l’on ne donne plus le prix d’achat, mais le coût de la location ? Comme ça cela paraît moins cher ! Mais faites le compte par rapport aux comptant et vous comprendrez la supercherie. Le vendeur fait deux affaires en même temps, 1) il vend une voiture, 2) il place un crédit : coup double ! Saint leasing priez pour nous ! Ils nous prennent pour des quiches ! Le même scénario se répète à l’infini, comme deux miroirs face à face : Une superbe créature monte à bord et en route pour le rêve ! Car acheter une Renpeugcitron suréquipée, avec GPS, caméra de recul et distributeur de chewing-gum, ce n’est pas une voiture que vous vous offrez, mais un statut social. Vous devenez le roi du monde. Vous pourrez même aller sur Mars avec la belle auto, si vous n’y prêtez pas attention, rien que ça ! Alors endettez-vous pour cinq ans et le tas de ferraille sera à vous ! Combien la revendrez-vous ? Mais une poignée de queues de cerises, bien-sûr ! On finit par marcher sur la tête : d’un côté, achetez mes jolies voitures, de l’autre, surtout ne circulez pas avec et particulièrement dans Paris, ou madame la maire fera un caca nerveux. Et je ne parle pas des tests de pollution trafiqués PAR TOUS LES CONSTRUCTEURS… ah les cons !

vendredi 15 septembre 2017

Question philo

Un arbre tombant dans une forêt, sans que personne ne soit là pour l’entendre, fait-il du bruit ? La terrible catastrophe détruisant les petites Antilles est une sorte de réponse. Les vents de 360 km/h ne sont pas dangereux en eux-mêmes, les constructions humaines se trouvant sur son parcours le sont. Ah ce gros imbécile de Trump peut toujours affirmer que le réchauffement climatique n’existe pas ! Toujours est-il que jamais tempêtes tropicales à répétition, par le passé, ne détruisirent autant de bâtiments sur une si petite surface. La mer à 30° ne se réchauffe pas toute seule, les activités humaines y aident très probablement. Et l’Homme au milieu de tout ça ? Que penser de sa nature profonde ? D’un côté le dévouement total de bénévoles et des sauveteurs envers les populations sinistrées, pour sauver ce qui peut l’être encore, dont la vie. De l’autre la barbarie poussant des bandes armées au pillage et à l’attaque des moins démunis. Ces cons ajoutent l’horreur à la désolation. La nature humaine est bien étrange ! J’ai déjà dit sur ce blog que nos sociétés sont très fragiles. Il suffirait, même en France métropolitaine, d’une panne électrique de trois jours pour voir les fusils de chasse sortir des greniers. Nous venons de subir, pour tous, une leçon de vie. Ah les bons ! Ah les cons !

vendredi 8 septembre 2017

Et ils sont amis !...

Notre Gégé national n’aurait-il qu’une conscience politique de cacahuète ? Pour se lier d’amitié avec Poutine et Kadyrov, il faut une sacrée dose d’inconscience. Même si l’opinion publique française lui importe autant que sa première couche-culotte, c’est une question de respect de soi-même. Après une guerre sanglante de près de dix ans contre la Tchétchénie, Poutine, le nouveau Tsar de toutes les Russies avait besoin d’un glacis de protection dans le Caucase. Il inventa alors ce triste sire de Ramzan Kadyrov. Pour le président tchétchène : « Il n'y a pas de gays ici (...) Ils sont le démon ! ». « Pourquoi est-il venu ici ? (En parlant du journaliste). Cette question est un non-sens », commence-t-il, visiblement agacé par le thème de la question. « Nous n'avons pas ce genre de personne ici. Nous n'avons pas de gays et s'il y en a, emportez-les au Canada. Prenez-les loin d'ici pour que nous n'en ayons pas chez nous, pour purifier le sang de notre peuple », poursuit-il. Allez Gégé reprends-toi, tu vois bien ce qu’ils sont, avec moi : « Ah les cons ! »

vendredi 1 septembre 2017

C'est la rentrée

Écrire est une chose bien étrange. Penser que ce que l’on propose à un éditeur puisse intéresser d’autres personnes que soi-même est d’une prétention folle. Pourtant au fil des années cela devient plus qu’une envie, mais un besoin. Besoin, non seulement de raconter une histoire, un peu comme, le soir, un grand-père à ses petits-enfants . Mais aussi de faire passer ses valeurs personnelles au travers d’un roman. Le plus difficile n’est pas de commencer un livre, mais de la terminer. Aller jusqu’au bout de la démarche demande, pour moi du moins, un effort important. Cependant une fois le mot ″FIN″ écrit, tout reste à faire. Le ″Reste-à-faire″ est la post-production. Une vingtaine de relectures et corrections, allant jusqu’à la nausée. C’est à ce moment-là que l’on finit par haïr ce que l’on a écrit. Puis encore les bons-à-tirer des couvertures et du texte, (qu’il faut relire une fois de plus). Le seul vrai bonheur est cet instant unique, où une année de travail se concrétise par la prise en main, chez l’éditeur du livre. Comme disent les blaireaux : « Que du bonheur ! ». Pour moi le cinquième sortira, (avec 600 autres) au mois d’octobre et je travaille au 6e. Ah le con !